Clan des Anstis - Raval

Demeure des Anstis, clan pirato-mercenaire sous la protection de Raval.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La véritable histoire de Groualf

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Groualf
Dragueur Invétéré
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 24

Fiche d'identité
Cercle:
155/200  (155/200)

MessageSujet: La véritable histoire de Groualf   Lun 19 Mar - 4:18

[Hrp: Cette première partie n'entre pas en compte dans le RP en jeu de mon personnage, puisque celui ci ne se rappelle pas ce passage de sa vie. Merci de ne pas y faire allusion lorsque vous jouez RP avec moi.]

Sur Incarnam, en ce premier jour du mois d'Aperirel, une famille au grand complet s'est réunie pour fêter un heureux évènement. Les voix bourrus des hommes emplissent le salon d'une atmosphère joyeuse, tandis que dans la chambre, les femmes s'affairent autour de la jeune future maman.

D'un coup, une tête passe la porte de la chambre. Tous les regards masculins se tournent en même temps en sa direction.

-"Ca commence."

Alors un silence de plomb envahit la pièce, tandis qu'à coté les cris étouffés rivalisent avec le halètement respiratoire de la jeune femme. Enfin, un cri de délivrance, et ce sont les pleurs d'un nourrisson qui réchauffent la maison. Des éclats de voix, des cris de joie, le père sourit, on chante, on rit. Le nouveau-né passe de bras en bras, car tout le monde veut l'admirer.
Retour du bébé dans les bras de son papa, ce dernier se dirige vers le broc d'eau qu'on avait préparé, et lave son enfant.
Puis il l'habille d'un linge propre, et place le nourrisson dans son petit lit. On laisse mère et enfant se reposer, et on retourne au salon faire la fête.On discute, on s'amuse a comparer, à deviner quelle partie du corps du bébé chaque parent a donné: les yeux du père, le nez de la mère...

Soudain, un cri déchirant résonne dans toute la maison. Le femme, allongée sur le lit, se tord de douleur. elle se tient le ventre. Une vieille dame lui met la main sur le ventre et dit d'une voix grave:

-"Il y en a un autre."
Alors on sort le premier bébé de la pièce, et les hommes, inquiets retournent au salon. Seul le père reste près de sa femme. Le deuxième enfant se présente mal, il ne peux pas sortir. Alors la vieille ordonne qu'on lui apporte un couteau bien tranchant. D'un geste sur, elle fait une entaille dans le ventre de la maman. On extirpe le bébé, et on le tend tout couvert de sang au papa, encore sous le choc. Sans le laver, le père enveloppe l'enfant, et regarde les femmes s'agiter autour de son épouse. Elles tentent de stopper l’hémorragie, c'est un défilé de serviettes et de brocs d'eau chaude qui passent aux cotés du pauvre homme tenant son bébé dans ses bras. En vain. La femme succombe à cette deuxième naissance, inattendue.

Tous les regards se posent alors sur le père, qui tient le deuxième bébé. Lui, regarde son bébé, mais, comme si tout son amour il l'avait déjà donné a sa fille, ce n'est plus qu'un regard de peine, de chagrin qu'il adresse à son fils. Détaillant chaque partie du corps de son fils, il se prend à le détester, le fils de la mort, le fils indigne. On en discute en famille, et si la fille du couple inspire la fraîcheur de sa défunte mère et la joie de vivre du père, le fils, est jugé comme l'enfant de la mort.

La décision du père est sans appel, il se débarrassera du bébé. Mais ce n'est pas un assassin, alors il prend un panier, dépose le bébé dedans, et se rend dans la forêt d'Incarnam, au bord du précipice. Il attache quelques ballons au panier, et le lâche dans le vide, laissant le sort de l'enfant entre les mains des dieux.

Le panier descend d'abord lentement vers la Terra Amakna, mais les ballons éclatent au fur et à mesure... le panier, déséquilibré, se renverse, et l'enfant tombe...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Groualf
Dragueur Invétéré
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 24

Fiche d'identité
Cercle:
155/200  (155/200)

MessageSujet: Re: La véritable histoire de Groualf   Mar 4 Déc - 19:51

Fuuuuiiiiiiiiiiiiiiiiissssssssssssssssssssss...

Une petite masse sombre fend l'air à vive allure.

Un peu plus bas, un corbac passant par la amortit un peu la chute...

Ploc ! Le volatile meurt sur le coup, la masse reprend sa course vers le sol.

La masse approche rapidement du sol, mais un oliviolet fini d'amortir sa chute et la masse atterrit sur une touffe d'herbe au pied de l'arbre, qui lui permet de sortir intacte de cette chute.

_____________________________________

Non loin de là, un croc gland mâchouille un bout de chair, surement arraché à un aventurier de passage dans le coin.
Soudain des petits bruits de mouvement attirent son attention.
-"Grrrrr"
Le canidé est vieux, et il râle de devoir se lever, mais il faut qu'il aille voir, c'est plus fort que lui.
Le vieux croc s'approche doucement de l'oliviolet au pied duquel une masse sombre s'agite.
Il renifle doucement et reconnait l'odeur humaine, une odeur toute fraiche, celle d'un nouveau né.
Le bébé est emmitouflée dans un drap épais, ce qui permet au croc gland de pouvoir l'attraper sans le blesser.
Le vieux canidé, attendri par cette créature inoffensive, décide de l'amener auprès de la meute.

Les crocs sont rassemblés autour de la femelle dominante. Elle leur fait part de la trouvaille du vieux, et ensembles ils décident de laisser une chance à la créature.

Le vieux croc sera chargé de lui apprendre a survivre, la femelle à se battre.

C'est ainsi qu'une meute de crocs glands éleva un humain pour la première fois de toute l'histoire de Terra Amakna.

________________________________________

Le bébé grandissait, et bien qu'il se déplaça à deux pattes maintenant, il courrait aussi vite que ses frères d'adoption. Il devait avoir environ 7 ans, mais c'était le plus habile de la meute, rusant d'audace pour attraper corbac et autres créatures pour subvenir à ses besoins nutritionnels.

Mais un jour, l'enfant fit une étonnante rencontre...
Couteau au poing, Hunterix le chasseur s'apprêtait à entaillait le flanc de la créature qui se tenait devant lui, mais celle ci se leva sur deux pattes, et le regardait avec des yeux vides, un regard digne d'un iop.
Quelle ne fut pas la surprise d'Hunterix quand il vit que la créature était un enfant !
Un enfant sale, couvert de terre et d'herbe séchées, mais un enfant !

Après un instant, le chasseur s'essaya à parler à l'enfant:
-"Bonjour, tu es perdu ?"
La voix rauque et puissante résonna à travers le silence de la lande.
L'enfant, effrayé regarda tout autour de lui, pensant trouver réconfort dans le regard des siens.
Mais les crocs glands, connaissant Hunterix, avaient pris la fuite, laissant l'enfant seul.
-"Grrrrrr..." l'enfant grogna, mais le chasseur, étonné d'abord, puis amusé, n'avait pas peur.
-"Tiens, mange" dit Hunterix en tendant un bout de viande.
L'enfant renifla d'abord, puis se saisit de la victuaille. Hunterix en profita pour l'attraper, et l'emmena chez lui.

_____________________________________________

Hunterix avait décidé de recueillir l'enfant, mais il fallait lui trouver un nom.
Or, l'enfant ne réagissait qu'à la nourriture, ou aux bruits d'animaux.
Cela donnait: "Ouaf, à table !" ou "grrrr ! ,viens on va à la chasse"...
A force de faire des "bruits" pour le faire réagir, Hunterix en trouva un auquel l'enfant répondait à chaque fois: groualf.
Cet onomatopée devint alors son nom.

Groualf grandit, apprit à parler et à chasser. Mais Hunterix était trop vieux pour lui apprendre à se battre.
Alors un jour, jour du 10ème anniversaire où Hunterix l'avait trouvé dans les Landes, le chasseur prépara un baluchon à chacun, et ils se mirent en route.

La route fut longue jusqu'à Amakna.
Une fois arrivés, ils se reposèrent à la Taverne.
Le lendemain, Hunterix accompagna Groualf dans les temples de classe, afin qu'il choisisse son dieu.
Mais aucun culte ne trouvait grâce aux yeux de l'enfant. Il ne restait au duo plus que deux temples à visiter, le temple Ecaflip et le temple Sacrieur. Le goût pour le jeu de Ecaflip ne plut pas à Groualf. Ne restait alors que le Sacrieur... son sens du sacrifice, son coté tête brulée et ce goût pour la violence séduisirent le jeune Groualf, qui commença aussitôt son apprentissage, et la maitrise de l'élément terreux.

Quelques temps plus tard, Hunterix que le voyage avait beaucoup affaibli, surtout à son âge, mourut heureux en sachant son "fils" sous la protection de la déesse.
______________________________________________________________________________________________________

Le petit se consacra totalement à sa déesse pour oublier sa peine.
Mais en parcourant la campagne amaknéenne ils fit quelques rencontres, notamment celle de Luthien, une jolie sramette, avec qui il se lia d'amitié. Elle lui parla de sa compagnie, la Air Force Sram, ou régnait ambiance joyeuse et camaraderie, ce qu'il manquait à Groualf. Il se décida alors, et proposa sa candidature.

Il passa quelque mois à bord du bouing, l'engin volant de la compagnie. Quelques temps plus tard, de grands bouleversement eurent lieu dans la compagnie, et presque tous les passagers sautèrent en vol. Groualf les suivit, voulant tenter de créer sa propre institution avec quelques amis...
______________________________________________________________________________________________________

Ploc...ploc...ploc...
Il commence à pleuvoir.

A genoux, tenant entre ses mains une planche de bois, le sacrieur reste là alors qu'une pluie diluvienne s'abat sur lui.

Les larmes du sacrieur se mêlent aux gouttes de pluie déferlant sur ses joues tailladées de cicatrices. C'était fini...
Après son départ de la compagnie aérienne, le jeune Groualf avait voulu avec ses amis, tenter de bâtir un restaurant. Mais hélas, devant l'ampleur de la tâche il se retrouva bientôt seul. Seul avec la charge d'un restaurant sur les épaules, c'en était trop pour lui, si jeune et insouciant, trop immature pour un tel défi.

Il resta de longue minutes a contempler la planche de bois qu'il tenait, voir l'inscription en teinture sombre disparaitre peu a peu sous la pluie battante. Le Baratie n'était plus. Il fallait se rendre à l'évidence. Bientôt la planche de bois se retrouva vierge de toute marque... ce qui eu pour effet de sortir Groualf de sa mélancolie.

Il se leva sans un mot, se dirigea vers l'horizon, sans but...
_______________________________________________________________________________________________________

De long mois s'écoulèrent durant lesquels Groualf avait erré, à la recherche d'un toit, d'une institution à même de l'accueillir. De sommeils agités en nuits blanches, il se mit à adresser des prières, non pas à Sacrieur, mais en une entité à laquelle il croyait sans pouvoir lui donner de nom.

Il fréquenta assidument les bibliothèques à la recherche d'une explication, d'un nom... c'est alors qu'il tomba sur un ouvrage relatant le culte de Mystra, treizième déesse vénérée par des gens se regroupant sous une institution de nom de L'Ordre des Chevaliers de Mystra.

Ce fut alors pour lui une évidence. Il devait tenter de rejoindre cette Ordre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La véritable histoire de Groualf
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La véritable histoire des 3 petits cochons
» La véritable histoire des Flandres françaises
» Shadow the hedgehog, ou si vous préférez ... le hérisson noir ... [en attente]
» [HRP] La Véritable Histoire et Origine de la Toison d'Or
» Nouveau : Le petit chaperon rouge RFID

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clan des Anstis - Raval :: La Bibliothèque-
Sauter vers: