Clan des Anstis - Raval

Demeure des Anstis, clan pirato-mercenaire sous la protection de Raval.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La fondation du clan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aeternitis
Moumoule Masquée
avatar

Messages : 601
Date d'inscription : 13/11/2010
Age : 28
Localisation : A la pichine

Fiche d'identité
Cercle:
189/200  (189/200)

MessageSujet: La fondation du clan   Ven 19 Nov - 14:47

La Fondation du Clan


Cela faisait maintenant vingt et un ans qu'Anstis naviguait au grès des vents et des marrées.
Il en avait vu du monde, ça oui. Qu'il s'agisse de la petite île de Nowel que les gens semblaient tant apprécier, du grand continent de Frigost oublié ou encore des territoires qui nous sont encore inconnus au jour d'aujourd'hui, il les avait tous visités, ne trouvant en aucun d'eux un endroit où s'établir.
Il avait donc gardé son bateau, l'améliorant au fil des années, et il avait réfléchit. Il n'avait pas eu tort lorsqu'il avait songé aux possibilités que lui offraient le voyage en mer. Tous les matins, il s'accordait trois heures de réflexion, sur un thème donné, puis l'après-midi il se consacrait à l'écriture d'un manuel quand il ne tenait pas la barre.
Il avait accepté qu'un mousse le seconde environ trois ans après son départ. Un petit disciple de Pandawa qui l'avait supplié de l'emmener. Anstis n'avait pu lui refuser cette faveur et depuis ils ne s'étaient plus quittés. Il n'avait pas de prénom, Anstis l'appelait simplement "Le Panda", et c'est ainsi qu'il est encore appelé à l'heure d'aujourd'hui.

Les deux camarades avaient tout de même gardé un lien avec la vieille Terra Amakna : Sufokia.
Ne serait-ce que parce que la ville était peu peuplée.
En réalité, ce qui les avait attirés, c'était sa taverne. "Un vrai coin de Paradis cette taverne" disent-il toujours. C'est qu'avec l'âge et la profession, ces deux là qui commençaient à se faire vieux avaient prit goût à l'alcool.
Mais nous ne nous en plaindrons pas. Car c'est ici que nous nous somme rencontrés...


Flush a écrit:
Je ne sais pas quelle heure il était. Sûrement très tard... Aucun bruit dans les rues, si ce n'est au loin, quelques cris, celui des ivrognes tardifs qui rentrent chez eux. Au moins, je savais dans quelle direction se trouvait la taverne...
La neige n'avait pas encore atteint Sufokia en ce mois de Descendre perturbé. Cependant, il faisait froid, très froid.
C'est les pieds gelés et les épaules emmitouflées dans mon long manteau que je marchai dans la rue.
Les voix s'intensifiaient. La chaleur, aussi. Enfin, je trouvai la poignée de la porte.
L'intérieur, aussi bruyant qu'il fut auparavant, s'était calmé. Il n'y avait à l'évidence plus grand monde. Par prudence, en ce lieu souillé d'alcool et de violence, j'activai ma perception. Rien ne me semblait dangereux...
Dans le fond de la taverne, se dessinaient les silhouettes de deux jeunes femmes que j'entendais raconter des futilités. Elles étaient ivres, elles aussi. Derrière moi, le tavernier faisait mine de vouloir fermer, je compris que je ne pourrais pas rester longtemps.
Par instinct, j'allai à la rencontre des deux commères. Elles semblaient en piètre état, pouvant à peine tenir sur leurs jambes, et le tavernier n'avait pas l'air de vouloir les aider. Les lumières s'éteignirent une à une. Je choisis de les épauler, pour les aider à sortir.
Il était vraiment très tard... cette fois, le silence régnait en maître sur la rue et il faisait très froid.

Dehors, Flush et celles qui l'accompagnaient furent surpris par ce même marin, Anstis. Le disciple d'Ecaflip le renseigna à propos de la fermeture de la taverne et lui demanda de le guider jusqu'à un endroit où dormir au chaud. C'est ainsi que Flush, Sevalith et Aeternitis rejoignirent l'équipage d'Anstis, et qu'ils y restèrent bien plus d'une nuit...


Sevalith a écrit:
Quelle ambiance sur ce navire ! Jamais aucune journée sans rire, ou sans en apprendre davantage les uns sur les autres, toujours dans la joie et la bonne humeur.. Nous y étions si bien ! Je me souviens d'un épisode anecdotique qui restera dans mes souvenirs. C'était par une journée d'été, au large. Flush lisait paisiblement, adossé contre le mât. Aeternitis, quant à elle, s'était hissée jusqu'au guet, et observait la mer, laissant voleter ses cheveux, au rythme des vagues qui nous poussaient. Et, alors que moi-même je m'étais assise sur le pont, je vis Ae' qui se mit à tituber, sous le vent qui s'acharnait ce jour-là. Flush, comme s'il avait pu voir de ses propres yeux, se plaça immédiatement au bas de la tour de guet. Mais alors qu'il semblait être persuadé d'être bien positionné, notre chère amie s'écrasa à 2 mètres de l'Ecaflip. Heureusement, il y eu plus de peur que de mal, et le peu de mal qu'il semblait y avoir ne déplaisait pas à la Sacrieur.
C'était une prospère période...
Mais alors que nous passions de si bons moments, notre joie fut coupée dans son élan, un matin d'il y a un an maintenant.
Nous avions décidé de faire une halte à Sufokia, où nous n'avions pas remis les pieds depuis notre départ, 3 années plus tôt. Anstis nous avait alors gracieusement logé dans une auberge du port, mais n'ayant plus assez de Kamas sur lui, décida de dormir dans son bateau. Nous avions accepté, et ce fut là sûrement notre plus grande erreur..
Le lendemain matin, nous nous retrouvâmes Flush Aeternitis et moi-même au comptoir de l'auberge. Surpris de ne pas y trouver notre Maitre, nous partîmes demander à l'aubergiste ce qu'il en était, s'il avait croisé Anstis plus tôt.
Il acquiesça, et nous remit une lettre, assurant n'avoir ouï de lui uniquement la phrase "Remets ceci aux trois, de la chambre 8, que j'ai payé hier soir."
Nous nous so
mmes regardés, n'osant comprendre ce que signifiait ce message, et ouvrîmes doucement la lettre, tremblants...


Lettre d'Anstis...



Aeternitis a écrit:
Je dois dire que le départ d'Anstis m'avait surprise.
Je ne m'attendais pas à me retrouver abandonnée une fois de plus, incapable de discerner à travers le brouillard de pensées qui m'obscurcit la tête ce qu'il avait pu vouloir nous faire comprendre.
Ça a toujours été comme ça avec lui. Il nous laisse un message et c'est à nous de nous débrouiller pour comprendre ce qu'il veut. C'est aussi comme ça que nous avons travaillé notre esprit.

À vrai dire, la lettre nous surpris tous les trois. Au départ, je pensais que Flush et Seva' allaient faire comme moi et se décider à découvrir notre monde. Mais apparemment j'avais tort. Lorsque nous avons reposé la lettre, Flush est resté silencieux, certainement perdu dans ses pensées, Sevalith, elle, s'est levée et à commencé à faire les cent pas. Il lui arrivait rarement d'être nerveuse, c'est dire à quel point la situation était exceptionnelle.
Moi, je me suis contentée de fixer le mur. C'était un problème bien trop complexe pour que j'y trouve une solution.
Une heure plus tard, Sevalith et Flush avaient préparé leurs affaires et m'encourageaient à prendre soin de moi pendant leur absence. Bien que je sois la plus jeune de nous trois, j'ai toujours trouvé blessante cette attitude à mon égard. Je suis loin d'être une enfant. Je leur souhaitais en retour de faire bon voyage puis me dirigeais vers la chambre 8.
J'avais une mission moi aussi. Sauf que la mienne était différente de la leur. Alors qu'il se mettaient en quête de notre mentor, je me devais de suivre les indications de celui-ci.

Je n'avais pas osé l'avouer à mes compagnons mais Anstis était venu me rendre visite dans la nuit. Il avait prit une décision qui, selon lui, lui coutait cher mais serait nécessaire à notre épanouissement ainsi qu'à celui de notre communauté. Une fois mes affaires regroupées je m'étais mise en marche vers la cité neutre d'Astrub. Celle-là même qui m'avait accueillie le jour de mes seize ans.
Sur la route je me remémorais ses paroles.
" Aeternitis. Tu es la plus jeune mais aussi la plus extravertie. C'est une qualité qui te sera utile dans la mission que je vais te confier, alors pour une fois ouvre bien tes oreilles.
Vous êtes mes premiers élèves, je place beaucoup d'espoir en vous. Afin de savoir si mon enseignement est correct, j'aimerais que dès demain tu te mettes en route vers la cité d'Astrub.
Ne dis pas un mot à Seva' ou à Flush, cela doit rester entre nous. Pendant que tu seras à Astrub, j'aimerais que tu t'informes sur la cité et que tu y trouves un endroit acceptable. Je veux qu'à vous trois vous formiez un Clan et que plus tard vous transmettiez mon enseignement.
Tu penses être capable d'une telle chose, Ae' ? Je suis certain que tu y arriveras.
Tu vas me manquer."

Si seulement j'avais su ce qu'il avait derrière la tête.
Enfin, il ne me restait plus qu'à découvrir cette population que j'avais trop longtemps laissée de côté.
La suite, beaucoup la connaissent.



C'est par un jour de Septange 640 que les routes de trois disciples d'Anstis se croisèrent de nouveau.
Ce jour là, les disciples d'Ecaflip et de Feca, Kint-Flush et Nylari, cherchaient dans les pages des livres de la bibliothèque d'Amakna un moyen de repousser les sousouris qui prenaient d'assaut leur campement à chacun de leur déplacement.
La disciple de Sacrieur, Aeternitis, cherchait quant à elle à retrouver un objet abandonné sur les étagères de cette même bibliothèque.
Alors que Sevalith attrapait un énième livre, un objet tomba sur ses genoux. Son premier réflexe fut évidemment de le ramasser pour l'examiner, ce qu'une main vive ne lui laissa aucunement le temps de faire.

- Merci, j'avais peur de ne jamais le retrouver.

Dès que la voix retentit entre les murs de la bibliothèque, Kint-Flush eut un mouvement brusque, tournant incroyablement la tête dans la bonne direction tandis que Sevalith offrait le spectacle d'une mâchoire béante à la demoiselle.

- Aeternitis ! Mais qu'est-ce que vous fichez ici ?!


La disciple de Sacrieur embrassa immédiatement son ancien compagnon de route d'une étreinte dont elle seule avait le secret.

- Je fais des recherches, tout comme vous.


S'ensuivirent des heures de discussion. Chacun racontait sa nouvelle vie, s'extasiant devant les progrès faits par l'un, par l'incroyable discernement acquis par l'autre.
Après quelques heures, Aeternitis dû se résoudre à rentrer en Astrub mais elle prit bien soin d'inviter ses amis à la rejoindre dès que possible.
C'est une semaine plus tard qu'ils la retrouvèrent dans le quartier Boulanger, une miche sous le bras. Les sousouris avaient fini de les achever le jour où elles avaient mangé toutes leur provisions, leur faisant frôler la crise financière.
Ce fut ce qui décida la disciple de Sacrieur à leur exposer l'idée de leur mentor disparu. Les menant subrepticement à la maison qui est aujourd'hui leur permanence, elle leur expliqua son plan. Ou plutôt celui d'Anstis.

- Quand je suis arrivée en ville c'était plutôt calme, un commerce statique, des histoires sans intérêt, tout le tralala. J'étais plutôt déçue, les gens de cette citée ne comprennent rien à rien aux préceptes d'Anstis. Je commençais à me sentir seule. Enfin, j'ai eu une idée pendant votre voyage et tout est pratiquement prêt ! Il ne manque que vous. C'est une entreprise risquée mais je sais qu'Anstis l'aurait voulu. Seva', Flush... On va monter un Clan de mercenariat. Mais pas n'importe lequel ! Un vrai clan, avec un code moral, des idéaux, un véritable esprit. J'ai déjà trouvé le local, on m'a offert une bâtisse annexe où travailler. Vous êtes partants n'est-ce pas ?

Les deux autres s'échangèrent un regard dubitatif. Ils avaient besoin de plus de détails.
L'information prit tout son sens lorsqu'ils arrivèrent face au bâtiment.

- Alors c'est ceci la maison dont vous nous avez parlé ? C'est vrai qu'elle est sympathique. Mais voyons plutôt l'intérieur.

- Aide-moi à entrer, Sevalith, s'il te plait.

La disciple de Feca aida son compagnon et ils furent vite entrés. L'intérieur les ravit tout simplement. C'était un endroit parfait.
Aeternitis leur donna quelques explications, développant l'idée qu'elle leur avait exposée. Cela dura des heures. Quand elle eut terminé, le soleil était couché depuis longtemps. Mais quelque part dans cette maison, une flamme brûlait ardemment.
Une flamme teintée d'espoir, de joie et de renouveau. Un sourire se dessina à la fois sur les lèvres de Kint et sur celles de Sevalith à l'idée que finalement, Anstis était toujours vivant quelque part en eux.

L'aventure Anstis était lancée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La fondation du clan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Skavens du Clan Brackus
» La Horde Fumante de Scruitiss Sale Oeil du Glorieux Clan Skryre...
» Habbor offre un stickers gratuit si vous rejoignez son clan!
» La Traque, un Nouveau Régiment de Guerriers des Clan.
» Fluff du Clan Durakdammaz.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clan des Anstis - Raval :: Le Panneau d'affichage :: Les Tables d'Histoire-
Sauter vers: